Skip to content →

Sur le bout de la langue #11-14

Bonjour à tous,
Nous avons décidé, avec Thomas Durcudoy, de donner une nouvelle direction, encore plus stimulante, à notre projet « Sur le bout de la langue, une grammaire en poésie ». Vous pourrez découvrir cette nouvelle orientation dès demain. Pour patienter, voici quatre poèmes de cette première suite encore sans illustrations…

11. Le pluriel des noms

On aimerait qu’il y ait foule
et que des cris de joie
viennent border ce silence
auquel on doit faire face

Il semble qu’ils arrivent.

12. Les déterminants

La brume se dissipe

On y distingue l’une
et l’on aperçoit l’un

Le tout devient précis

Peut être
qu’un ami

Peut être
que mon ami.

13. Les pronoms

Je te se nous vous eux

Un mot que l’on désigne
par un fragment de monde

Tu te le la les ceux

Un mot pour faire comprendre
l’importance des autres

La nôtre, la vôtre, la leur

Pour mieux faire apparaître
ces liens qui nous renvoient
à la source des choses.

14. Le verbe

A fait, fait, fera
était, est, sera

Des verbes pour nous aider
à saisir les possibles

Au rythme.

Publié le Poèmes Sur le bout de la langue