Tendre

Le rythme ne change pas
mais le soleil, soudain
réchauffe la peau trempée
par la sueur des marches

Je me retourne enfin
pour estimer le temps
qui me sépare de toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *