Un champ

Se libérer des empressements
qui s’amoncellent en tête

Prendre comme l’épi le temps
de pousser au soleil

Tête hors
Tête gagnée par cette patience
qui dépasse
qui s’étire
qui veut toucher le ciel

Le champ, obscur et étriqué
le champ change
devient vaste
vaste chant
champ de blé

Pourtant
même champ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *