Une tempête

Griffant le sein

As-tu vraiment si peur
du vent qui tambourine ?

Il apporte les nouvelles
venues d’autres matins

Il nous suffit d’attendre
en baissant les volets

Elles seront déposées
au pied de tes angoisses
pour élargir ton champ

T’informer des silences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *