Griot

Raconter les histoires
des mondes insoupçonnables

Amplifier leurs secrets.

Latent

Croire entendre
des bruits de pas
infirmes

et ne plus s’endormir.

Cerisier

Ne plus tenir la barre
comme une fleur qui décroche
comme une peau que l’on frôle.

Âges farouches

De la montagne fendue
au territoire des ombres

cartographie secrète
d’un trésor commun

d’un poème d’enfance.

Poluphilia

Un cercle concentré

Assez pour que les choses
prennent le temps de se dire.

Reprise

Une fois reposé,
sentir monter le rythme
du spectacle qui commence.

Postérité

Temps et vent alliés
ont pris la forteresse
qui vit passer les hommes

Nous n’avons pas besoin
d’imaginer nos vies

Juste regarder parfois
si la route fût tenue
sans l’aube d’une tour absente.

Credo (9) : Dialogue

Deux hommes, face à l’Océan.

– Alors Sam, finalement, on leur dit quoi ?
– Ben… alors… hum…
– Quoi ? Le chemin, la petite lumière, la conquête des monstres… toutes ces histoires ?
– Hum… c’est… compliqué… c’est que…
– Ouais ouais ouais, d’accord. Mais un seul mot.
– …
– Relier ?
– Oui mais… pas que. Tu vois la vague ? Elle…
– Se relier ?
– Déjà. Mais ensuite, il faut… enfin…
– Dieu ?
– Un peu réducteur, non…
– Alors ?
– …
– …
– Ah oui, ça.
– Hein ?
– …
– …
– Profite.

Opéra

Si j’avais une prière
ce serait au rocher

Qu’il engage de concert
une transformation
pour rêver la rencontre
avant le dernier acte.

Communion

Yeux détachés du bleu
pour rester à l’écoute
d’une intime lumière

Une respiration
pour que la feuille de chêne
puisse nous reconnaître

Nous offrir sa rosée
en signe de partage.

Larmes

Noyer cette mort parmi les autres
pour en atténuer la souffrance.

Et se relier
un peu.

Origine

Tes racines reconnaissent
cette terre d’exil.

Qui t’as donné ton nom
grand arbre de Judée ?

Exodus

Combien de milliards d’êtres
avons-nous déplacés
rangeant la bibliothèque ?

Peuple acarien, tu nous maudis !