Skip to content →

A bas les cous !

Les quatre girafes révolutionnaires eurent à peine le temps de se prendre les jambes dans leurs cous que, déjà, le gaz lacrymogène inondait la ruelle. À dire vrai, ce matin là, Roger n’avait aucune envie de mourir pour des idées.

Il préféra terminer son café. 

Publié le Microfictions