Visit Homepage
Skip to content →

Abbaphonix #3

Prendre le parti
du bruits des pas

dans la neige.

Un jour qu’Abba Isaac était assis chez l’Abba Poémen, on entendit le cri d’un coq. Il lui dit : « Il y a donc cela ici, Abba ? ». Le vieillard lui dit : « Isaac, pourquoi me forcer à parler ? Toi et tes semblables, vous entendez cela. Mais celui qui est vigilant n’en a nul souci ».

Publié dans Abbaphonix Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LANGUE: