Abbaphonix #3

Prendre le parti
du bruits des pas

dans la neige.

Un jour qu’Abba Isaac était assis chez l’Abba Poémen, on entendit le cri d’un coq. Il lui dit : “Il y a donc cela ici, Abba ?”. Le vieillard lui dit : “Isaac, pourquoi me forcer à parler ? Toi et tes semblables, vous entendez cela. Mais celui qui est vigilant n’en a nul souci”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *