Aller au contenu →

Credo (32) : et sans trop de paroles

S’emparer du motif

Jouer à hauteur d’homme
pour découvrir les marques
d’une gaîté tranquille.

 

Qu’est-ce qui reste quand il ne reste rien ?
Ceci : que nous soyons humains envers les humains,
qu’entre nous demeure l’entre nous qui nous fait hommes.

Maurice Bellet

Publié dans Credo Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *