Aller au contenu →

James Noël, une poésie chauffée à blanc

Une envie, aujourd’hui, de vous faire découvrir la voix d’un ami. La voix de feu et d’eau d’un poète qui se retrouve publié, pas complétement par hasard, par la même maison d’édition que moi. Il s’agit de James Noël, poète haïtien né en 1978, qui dans ses recueils comme à la scène porte une voix fulgurante. Une révolte ? Oui, mais une révolte qui raconte sa légende, ayant déjà vaincu. Un flot violent, trop violent pour ne pas dissimuler son secret : une espérance sans faille. Voici, pour mieux le découvrir, deux poèmes issus de son dernier recueil : Des poings chauffés à blanc (Éditions Bruno Doucey, 2010) ainsi qu’une vidéo d’entretien que vous pourrez retrouver sur son blog : http://james-noel.hautetfort.com

Alerte rouge

La terre
vaste respiration artificielle

des fenêtres
rien que des fenêtres
c’est tout ce qui importe

Mauvais sort

On a tous
le poids d’un mot sur l’épaule
l’ellipse d’une parole donnée
verre cassé
qui remonte à l’enfance des sources

on porte tous des bleus
brèches dévorantes de l’être
habitées par le bruit d’une langue
qui ne parle que dehors

j’ai raté le train de phrase
qui traverse
mon déraillement

phrase qui m’éclaire
papillon de nuit qui se passe des lèvres



Publié dans Remarques

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *