Skip to content →

Journal de l’art noétique (1)

Samedi 28 Novembre 2009 – 00:34 : La découverte

Réouvert après plusieurs mois passé dans ma bibliothèque, le catalogue de l’exposition Vides du Centre Georges Pompidou (25 février-23 mars 2009). Découverte au fil d’un texte de Graham Stevens, d’un nom pour désigner le concept de vide à investir : l’art noétique. Nécessité de proposer, par la production d’un vide encadré, un espace visuel ou sonore capable d’être investi par l’auditeur/lecteur/spectateur. Nous y reviendrons. Mais déjà, une première tentative :

OpN#001 Premier poème noétique (Times New Roman, Gras, 12 pt, 5 vers maximum ; sans titre) :

A

.


La lettre A marque le début du poème. Première lettre de l’alphabet, consensus naturel. (Possibilité du À ; Retour en arrière ou en avant) > contraintes formelles minimales. Autre possibilité :

P

.

Lettre P. Si l’autre ne veut pas commençer par A et se refuse à changer la lettre initiale, possibilité, avec « P », de créer un titre neutre : « Poème » puis de commencer l’investissement du vide à la ligne. Seul inconvénient : imputation du nombre de vers, passant de 5 à 4 (à condition de ne pas mettre de vers blancs). Mais permet quand même de faire de belles choses.

Classification de nos œuvres d’art noétiques

Décision prise d’identifier chaque pièce produite (sonore, textuelle, visuelle, animée) par une signalétique commune de forme « OpN#00X » : Op pour Opus ; N pour Noétique ; #00X livrant le numéro de la pièce originale. Si nous devions proposer, dans le souci de faire connaitre ce projet, des réalisations d’oeuvres investies par les auditeurs/lecteurs/observateurs/spectateurs, nous rajouterons à cette numérotation la mention de l’investisseur, en minuscules, sans espace ni accents, précédée du signe « @ ». Exemple :
OpN#001@jeanval (pseudonyme, raccourci ) ou OpN#001@jeanvaljean (nom complet).

Publié le Art NoTry