Le cèdre

À Danièle et Bernard,

Il se tient majestueux
pour quelques jours encore

Pour quelques jours encore
dans le chant des oiseaux

Mais quelques branches, déjà,
ont changé de couleur
en guise de renoncement

Un homme viendra l’abattre.

J’irai prendre une épine
qui témoignera de lui.

Villeneuve la Guyard
le 23 mai 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *