L’effacement

Je ne te citerai
ni les fleuves ni les routes
empruntés par ces mots

Je ne reprendrai pas
les paroles des hommes
qui tonnent dans l’auberge

J’attendrai que la nuit
fasse place au flocon
pour te donner le signe

Pour que seul ton chant
puisse inonder la plaine.