Les larmes d’Alexandre (10/13)

Aucune descendance
pour récolter les fruits
de nos milles conquêtes

Et les limites creuses
qui visitent les nuits

Oui, encore des terres
encore des cours d’eau
des cités insoumises

Mais
plus de chant

Mais
s’être rendu compte

Qu’un autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *