Note sur la poésie #13

De jour en jour, de lecture en lecture, la poésie s’impose comme la seule chose qui vaille. Comme le point de fusion, toujours renouvelé, entre un émerveillement à l’approche du sacré et une liberté. De celle que l’on acquiert. Qui nous oblige, à la bonté. Qui accueille notre peur dans ce mouvement fragile. Ce doux déplacement des doigts sur le clavier, qui porte la naissance. En souvenir de l’à venir.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.