Note sur la poésie #13

De jour en jour, de lecture en lecture, la poésie s’impose comme la seule chose qui vaille. Comme le point de fusion, toujours renouvelé, entre un émerveillement à l’approche du sacré et une liberté. De celle que l’on acquiert. Qui nous oblige, à la bonté. Qui accueille notre peur dans ce mouvement fragile. Ce doux déplacement des doigts sur le clavier, qui porte la naissance. En souvenir de l’à venir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *