Logion 4.1

Ce matin, sur le port
il n’y a plus d’amarres

Les cordes trop usées
ont été sectionnées
par quelqu’un dans la nuit

Ne reste que le soleil
la mer et puis le vent

Reprenons tous les deux
ces paroles anciennes
qui pourront raconter
la poursuite d’un souffle.