Notes sur la poésie #53

Il y a une condition. Celle de tout consacrer à l’énigme du poème. À son doute. Ce doute-énergie qui le fait résonner et survivre dans une parole recommencée. Cette obscurité douce qui distingue l’agencement de ses mots d’un astre mort. Cette liaison imprenable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *