Résistances

Une soif de poésie qui se fait ressentir. Car trop de mots autour. Qui se dévitalisent. Et on passe sur tout. Et il est moins possible qu’une parole tranche. Qu’elle accélère ou stoppe les gestes qui transforment notre sentiment d’avoir à se positionner. D’entrer en guerre. Mais contre quoi ? Contre quel mur ? Et parle t-il ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *