Soutenir

Tu as pulvérisé
les lourdes portes de fer
sans même une parole

Mais le regard naissant
d’un bleu fixant ma nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *