Sur l’eau

Il y a les cris d’enfants
et les poneys qui trottent

Il y a cet étang
au cœur de la ville
qui chuchote d’attendre

Comme si c’était possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *