UPPLR #12 : Jusqu’À/Halte d’Hans Faverey

Durant l’exploration

de l’horizon E. et O.
la rotation avoisina 360°.

Et qu’est-ce qui tomba du réflecteur ?

De la neige. Et que demande la fille de la
fable ? « n’y avait-il pas jadis
des mélèzes ici » ; chevauchant
son mince tigre fleuri

Pour entrer dans un autre poème.

Hans Faverey

Écoutez ce poème (lecture Stéphane Bataillon) :

 

C’est comme un conte de Noël. Un peu mystérieux, un peu brouillé par le givre. Avec ses éléments incongrus, déballés sous un sapin aux épines piquantes pour mieux nous inciter à tenter l’aventure. L’œuvre de Hans Faverey, l’un des plus grands poètes néerlandais du XXe siècle, vient d’être rassemblée dans un très beau petit livre jaune à la couverture toilée. Dans une traduction soignée, sa poésie souvent très brève se joue des espaces sur la page et use d’un contre-rythme pour ralentir le temps. Elle mêle les éléments du réel et les mots venus des quatre coins du monde pour créer l’enchantement. Une magie qui ne devient réellement opérante que si l’on consent à lire puis à
relire ses vers, à les dire à haute voix. À se les raconter pour soi. Alors, il semble que de légers flocons envahissent la pièce. Un cadeau merveilleux.

Stéphane Bataillon (@sbataillon)

Hans Faverey, Poésies. Traduit du néerlandais (Pays-Bas) par Kim Andringa,
Éric Suchère & Erik Lindner. Vies Parallèles, 672 p., 30 €.

 

Retrouvez ce poème sur le blog https://poesie.blogs.la-croix.com/ et dans la rubrique « Un poème pour la route » de La Croix L’Hebdo n°12, avec un grand entretien avec Lucie Branco, première femme compagnon du devoir tailleuse de Pierre et l’histoire du « premier Noël » dans la Rome du IVe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *