UPPLR #25 : Les statues, par Sophie Martin

Femmes de marbre
Qui dormez sur le dos
Vous vous êtes coiffées
Par discipline
Votre profil est dur
L’air ne s’en approche pas
Le vide ne vous fait pas horreur
À la pliure des bras
Ni dans vos paumes ouvertes
Vous n’avez besoin de personne
Ce sont les amoureuses
Qui dorment à plat ventre
Vous n’avez besoin de personne
Ce sont les amoureuses…
Ô reines

Qui trouvent la mort enviable
Tombera à genoux
Moi qui vous plains
Je mets pour rien
Un peu de salive sur vos lèvres

Sophie Martin
Classés sans suite, Flammarion, 120 p., 17 €

Écoutez ce poème (lecture par Stéphane Bataillon) :

 

Classé sans suite est le premier recueil de Sophie Martin, bibliothécaire née en 1987. Elle parle de rencontres, de conversations dans lesquelles les gestes disent plus que les mots. Elle tisse ces chroniques de séduction et de ruptures en prose poétique, sous forme de ritournelle, en poèmes plus classiques. Des formes variées, comme pour tester la résistance de ces relations intimes, urbaines, quotidiennes, faites d’admiration mais aussi de violences qu’elle met, par l’écriture, à distance. Un livre féministe, sûrement, mais surtout d’une humanité à fleur de bitume.

Stéphane Bataillon @sbataillon

Chronique parue initialement dans La Croix L’Hebdo n°25

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *