Visit Homepage
Skip to content →

Mois : novembre 2009

NOTRY ? an exhibition of nothing poetry

PROLONGATION – DERNIER JOUR

Au regard de l’exceptionnelle affluence, et contrairement à ce qui avait été annoncé, l’artiste, le critique, le fondateur et le commissaire de l’exposition NOTRY ? an exhibition of nothing poetry ont décidé d’un commun accord de prolonger l’évènement jusqu’au 1er décembre 2009, minuit. This is it.



NOTRY ?

an exhibition of nothing poetry


30 novembre 2009
1er décembre 2009

www.stephanebataillon.com
Paris



Introduction générale

Notry, entre partage du vide et avis partagé

Nouveau mouvement artistique interdisciplinaire, le Notry a pour but de proposer des espaces de création (textes, sons, images, animation…) clairement délimités par un cadre, des notes ou des lettres à ses extrémités. Ces espaces ont pour caractéristique d’être entièrement vides en leur cœur. Ce vide n’est pas néant. Il n’est pas lieu de perte, mais lieu d’investissement. Chacun, avec ses mots, ses images et sa voix, peut l’investir, après un premier rapport contemplatif. Ainsi, le Notry est un art de l’échange possible.

Le mouvement Notry, son concept et ses œuvres initiales, semble selon toute vraisemblance et selon les sources historiques (cf « Les 5 post Journal de l’art noétique, l’émergence d’un monde » en annexe de l’exposition), avoir été imaginé il y a moins de 72 heures. Par la qualité et la rareté des pièces ici proposées, cette première exposition internationale marque donc un tournant dans l’histoire de l’art contemporain du week-end dernier.

Je suis particulièrement honoré de pouvoir, pour la première fois, présenter au public ces œuvres naissantes, grâce à la confiance de l’artiste et théoricien principal de ce mouvement.

En espérant que cette première exposition, dont vous êtes les observateurs d’avant-garde privilégiés, fasse rapidement tâche d’huile.

Stéphane Bataillon
Artiste, théoricien et fondateur du Notry
Commissaire de l’exposition « NOTRY ? »
30 novembre 2009 – www.stephanebataillon.com

 

Œuvres initiales du NOTRY
Les œuvres qui composent cette exposition vous sont ici présentées en quatre salles spacieuses mais pas trop, afin de garder une densité nécessaire. Elles donnent à éprouver les quatre premiers vides fondant l’art Notry. Poème, musique, image et animation, elles ont toutes été réalisées durant le week-end du 27 et 28 novembre 2009 à Paris.

Nomenclature des œuvres
Chaque œuvre initiale, proposant un vide particulier à investir, est classifiée grâce à la nomenclature « OpN#XXX » où Op = Opus; N = Notry et #XXX le numéro de l’œuvre dans l’ordre chronologique de sa création. Les œuvres investies, exposées lors de rétrospectives et de futurs happenings, reprendront cette nomenclature en lui ajoutant le nom de l’investisseur sous la forme « OpN#XXX@nominvestisseur »



Salle 1
OpN#001 : Poème Notry
(Texte, lettre et signe de ponctuation, N&B)

 

P

.

 



Salle 2
OpN#002 : Notry Miniature

(Image, 5×4, vide avec cadre 1pt, N&B)


 

Salle 3
OpN#003 : Notry Melody
( Musique, 0’35 , Grand Piano, Do )

( 13″ – B&W – 100 frames )


 



ANNEXES ET DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES


Avant de mettre un terme à cette exposition inaugurale et lui permettre de naturellement investir les plus grands musées de notre planète (dont, en premier lieu, le MoMa du 3 au 3 janvier 2010), un ensemble de documents et d’informations indispensables à une vue exhaustive de ce mouvement radicalement révolutionnaire.

ANNEXE A : Une longue histoire bien mouvementée
La naissance du mouvement Notry a été marqué par de très nombreux bouleversements : Il semble que l’art Notry se soit appelé, durant ses premières heures d’existence, « art noétique » à la suite d’une erreur d’interprétation contée dans le « Journal de l’art noétique (3) » Le pire fut évité.

ANNEXE B : Les cinq post du Journal de l’art noétique : l’émergence d’un monde
Il est rare de retrouver des documents de première main relatant, minute par minute, l’émergence d’un nouveau courant artistique majeur. C’est pourtant la chance du Notry que d’avoir vu, dès l’origine, ses évolutions méticuleusement annoté dans un vertigineux « Journal de l’art noétique » (que nous abrègerons désormais en « jN »). Ce jN est constitué de cinq posts distincts. Genèse, témoins du jaillissement d’un concept et de son application immédiate (les quatre œuvres majeures présentées dans cette exposition) les posts du « jN » (que nous abrègerons désormais par « PjN » suivi de son numéro sous la forme #00X, dans un parallélisme heureux avec la nomenclature des œuvres) représentent la source d’étude première de ce mouvement naissant. Afin de faciliter les recherches ultérieures, nous en dressons ici la recension complète :

PjN#001
Titre : Journal de l’art noétique (1)
Date : Samedi 28 Novembre 2009 – 00:34
Sous-titre : La découverte
Contenu : Récit de l’étincelle créatrice ayant permis la naissance du courant. Création fondée sur de solides bases documentaires au contenu irréfutable (cf ANNEXE C : Bibliographie ; bN#001 ; article de Graham Stevens, Sur l’exposition Nothing, pp. 234-235) ; explication de la nomenclature complexe mais efficace posée pour les œuvres du mouvement.
Œuvre associée : OpN#001 (deux versions avec commentaire )
Particularité : Unique apparition de la version « A » de OpN#001 : Un A remplace le P  (version choisie pour l’exposition).

PjN#002
Titre : Journal de l’art noétique (2)
Date : Samedi 28 Novembre 2009 – 00:34
Sous-titre : non sous-titré
Contenu : Important post théorique et critique pour la suite du mouvement. De nombreux thèmes abordés : importance de la nomenclature ; notion d’investisseur noétique (dénomination obsolète aujourd’hui remplacée par celle, plus immédiate et identifiable d’investisseur) ; vaste et profonde réflexion sur la dimension numérique de l’art noétique/notry.
Œuvre associée : OpN#002

PjN#003
Titre : Journal de l’art noétique (3)
Date : Dimanche 29 Novembre 2009 – 10:00
Sous-titre : Une affreuse découverte
Contenu : Découverte horrifiée de la véritable définition du terme « noétique »  (remise en cause des sources premières) et constat de son inappropriation au mouvement naissant. Nombreuses sources citées pour l’argumentation. Réaction courageuse du fondateur du mouvement.
Œuvre associée : OpN#003

PjN#004
Titre : Journal de l’art noétique (4)
Date : Dimanche 29 Novembre 2009 – 13:30 (app.)
Sous-titre : non sous-titré
Contenu : Avantages et inconvénients d’une nouvelle dénomination de l’art noétique : Notry. C’est bien.
Œuvre associée : aucune

PjN#005
Titre : Journal du Notry (5)
Date : Dimanche 29 Novembre 2009 – 15:34:02 (app.)
Sous-titre : non sous-titré
Particularité : premier (et dernier) PjN à mentionner, dès son titre, le vocable « Notry », témoin du choix définitif de la dénomination du courant, après les alternoiements déjà largement étudiés par ailleurs (cf annexe A de l’exposition « NOTRY ? an exhibition of Nothing Poetry » 30 novembre 2009 – www.stephanebataillon.com – Paris – Commissaire : Stéphane Bataillon. N.B : Pour les chercheurs intéressés, cette annexe peut se trouver, sur simple demande, en utilisant l’ascenseur sur votre droite afin de remonter quelques lignes plus haut).
Contenu : Uniquement l’œuvre associée – Faible valeur documentaire pour l’histoire du mouvement.
Œuvre associée : OpN#004

ANNEXE C : BIBLIOGRAPHIE

De très nombreux ouvrages d’art, de critique et de théorie ont permis que l’émergence du mouvement Notry se réalise sur des bases solides. Comme le dit très justement le fondateur et artiste principal du mouvement, S.B : « On ne crée pas à partir de rien, même si j’ai découvert, au cours de mes recherches, que rien ne se crée, tout se transforme » (Interview inédite du 30/11/2009 réalisée en vue de la préparation de l’exposition « NOTRY ? an exhibition of Nothing Poetry » 30 novembre 2009 – www.stephanebataillon.com – Paris – Commissaire : Stéphane Bataillon.)
Nous vous en livrons ici les principaux, adoptant une nomenclature proche de celles déjà établies. Dans notre souci de poser des repères clairs dans une bibliographie foisonnante, chaque ouvrage est désigné par son numéro d’ordre de consultation (#00X), précédé des lettres « bN » pour « bibliographie Notry ».

bN#001
Vides, Catalogue de l’exposition Vides du Centre Georges Pompidou (25 février-23 mars 2009), 520 p., 39 euros quand même.

ANNEXE D : OpN#005 : Carton d’invitation à l’exposition NOTRY ?

L’exposition « NOTRY ? an exhibition of Nothing Poetry » a bénéficié, en plus d’une promotion traditionnelle massive sur les réseaux sociaux de la multisphère (Facebook et Twitter), d’un mail d’invitation groupé envoyé par les organisateurs à la fine fleur des amateurs d’art et de poésie. Il contenait, entre autre, une reproduction de OpN#002, l’une des toute première œuvre du mouvement. De par son caractère original, induisant une réponse (visite, message ou commentaire) ce mail peut être considéré une œuvre Notry à part entière. Après concertation tendue avec l’artiste principal du mouvement, il a été convenu de lui attribuer la nomenclature « OpN#005 ». Pour ne pas léser les visiteurs n’ayant pas été destinataires de ce mail, nous en reproduisons ci-dessous un fac-similé.
Néanmoins, seuls les 75,2 destinataires du mail peuvent se revendiquer possesseurs d’une œuvre Notry authentique. Ils ont donc le devoir de l’investir d’une manière ou d’une autre.

OpN#005 : Notry Mail
( Texte et image, Trait, Police Times New Roman, 12 et 14 Pts , N&B)


Stéphane Bataillon a le plaisir de vous inviter, ce jour,
à l’inauguration de son exposition numérique

NOTRY ?
an exhibition of nothing poetry


30 novembre 2009

www.stephanebataillon.com
Paris

Première rétrospective mondiale du mouvement Notry, NOTRY ? an exhibition of nothing poetry dresse le portrait fulgurant d’un art de l’échange invisible. Quatre salles remplies d’oeuvres, complétées par un ensemble de documents, de témoignages et d’informations inédites à ce jour pour mieux embraser l’ensemble d’un mouvement artistique majeur de notre temps.

L’exposition NOTRY ? an exhibition of nothing poetry ne sera visible que ce lundi 30 novembre, sur le site www.stephanebataillon.com, Paris.

En tant qu’invité personnel du commissaire de l’exposition, vous disposez d’un coupe-file numérique individuel vous permettant de visiter l’exposition dans les meilleures conditions possibles.

COUPE-FILE EXPOSITION « NOTRY ? » CLIQUEZ-ICI

(Si le lien ne fonctionnait pas, rendez-vous directement sur www.stephanebataillon.com, en priant le Seigneur qu’il vous laisse entrer)

N’hésitez pas, après votre visite, à déposer un commentaire dans le livre d’or.

GÉNÉRIQUE

NOTRY ? an exhibition of nothing poetry
30 novembre 2009
www.stephanebataillon.com – Paris

Commissaire : Stéphane Bataillon
avec le soutien du Ministère de l’Aculture et de la fondation InStable.

REMERCIEMENTS

The Jonathan Livingstones, Art Grootfontein,Centre Pompidou, François Cheng, Fabienne Verdier,
Yves Klein, Fluxus, Ben Vautier et Graham Stevens (malgré tout).

N’hésitez pas à remplir le livre d’or avant de sortir (cliquez sur « Ecrire un commentaire »)

Laisser un commentaire

Journal de l’art noétique (4)

Art invisible, art du vide, qualifier le vide, void, nothing (Klein, Ben Vautier, Fluxus), silence… Oui, mais tout ça nie le cadre, l’indice contraignant, l’indication de ce vide, qui n’est pas n’importe lequel…
Une idée de dénomination : Notry pour Nothing Poetry.

Avantages :
– On conserve le N pour la numérotation. Du boulot en moins pour nous les historiens de l’art du XXIIéme siècle. C’est bien.
– Nothing : le rien, comme dans « ça ne fait rien, même si c’est quelque chose ». Pas le néant. C’est bien.
– Notry, ça sonne bien. C’est bien.
– C’est international pour conquérir être partagé le monde avec tout le monde, c’est pratique. C’est bien.

Inconvénient (de taille) :
– No Try veux dire « ne pas essayer ». À l’inverse de notre démarche, qui ne prend sens que si le vide proposé est investi par l’autre.
Ou alors, « No Try, Succeed ». C’est ambitieux. C’est bien.

Hop, hop, hop pas d’emballement. Laissons-nous le temps de la réflexion…

Laisser un commentaire

Journal de l’art noétique (3)

Dimanche 29 novembre 2009. 10:00 : Une affreuse découverte.

Noétique ne veut pas du tout dire ce que je pensais, ce que l’article lu m’avait laissé penser. Ce n’est pas sans total rapport avec ce qui nous occupe, mais ce n’est pas ça non plus. Définition du site noetique.eu:

La Noétique (du grec ‘noûs’ : connaissance, esprit, intelligence) se concentre sur l’étude et le développement de toutes les formes de connaissance et de création qui engendrent et nourrissent la noosphère, cette ‘couche’ de savoirs et d’informations qui couvre toute la Terre de ses réseaux. Nous la définissons comme « l’ensemble des arts, sciences et techniques de création, de formalisation, de partage et de prolifération des Idées. C’est le domaine de la pensée, de la connaissance, de l’intelligence ». Plus brièvement, nous dirions que c’est la science de l’intelligence c-à-d la capacité de reliance dans toutes les dimensions.


Et celle de Wikipédia :
La noétique, du grec ancien noûs (νοῦς, intellect), est une branche de la philosophie qui traite des questions de l’intellect et de la pensée. Parmi ses objectifs principaux on peut mentionner l’étude de la nature et du fonctionnement de l’intellect humain et les liens entre cet intellect et l’intellect divin. C’est pourquoi la noétique a eu souvent des liens très étroits avec la métaphysique. Dans la tradition occidentale et dans la philosophie arabe la noétique a été très influencée par les théories de philosophes comme Anaxagore, Aristote ou Platon.


Donc, ni rapport direct au vide, ni à la poésie. Et merde.

Bon, ça ne va pas nous empêcher de continuer. Mais avant de reposer tout ça et de chercher un nom plus adéquat, une nouvelle tentative d’art heu… ???tique (on garde le N dans la dénomination, on changera tout plus tard si besoin).

Troisième tentative d’art noétique :

OpN#003 : Mélodie Noétique ( 0’35 , Grand Piano, Do )

[audio:http://www.stephanebataillon.com/wp-content/uploads/2010/05/OpN-003.mp3|titles=OpN-003]


Laisser un commentaire

Journal de l’art noétique (2)

Seconde tentative d’art noétique : Miniature



Remarques :

Importance de numéroter/titrer l’œuvre, au risque de ne plus faire la différence entre ce vide choisi, pensé, et n’importe quelle feuille de papier ou espace silencieux naturel.

Aucune autre limite ou influence que le procédé destiné à révéler le cadre où le vide se propose (deux traits, deux notes, deux signes) Dans le cadre : pas de texture du vide. Pas de grain sur le support. L’écran blanc de l’ordinateur apparaît parfait.

L’investisseur noétique
L’art noétique est à contre-courant de la société d’accumulation et de propriété, l’objectif n’est pas d’accumuler quelque rien, mais d’investir un rien particulier après l’avoir choisi / avoir été attiré par lui. Le principe de l’art noétique consiste à choisir son vide (un vide mis en place par d’autre mais entièrement donné, gratuitement, ensuite) pour l’investir de soi/ de ses mots. Ainsi, le spectateur/lecteur/auditeur, lorsqu’il décide de faire sien le vide proposé pour l’investir et créer, transforme la réception du vide (ce qu’il éprouve après les premiers instants de contact avec l’œuvre) en production. Il devient un investisseur.

Noétique, un art numérique ?
L’écran multimédia semble, à première vue, le seul succeptible de présenter l’ensemble des tentatives de manière à la fois organisée (site) et individuelle (page de site). L’art noétique ainsi diffusé porte en lui sa dimension populaire (beaucoup d’investisseur potentiels) et d’échange (facilité de proposer ses créations noétiques aux autres, d’en avoir, si besoin, un retour direct.)

Laisser un commentaire

Journal de l’art noétique (1)

Samedi 28 Novembre 2009 – 00:34 : La découverte

Réouvert après plusieurs mois passé dans ma bibliothèque, le catalogue de l’exposition Vides du Centre Georges Pompidou (25 février-23 mars 2009). Découverte au fil d’un texte de Graham Stevens, d’un nom pour désigner le concept de vide à investir : l’art noétique. Nécessité de proposer, par la production d’un vide encadré, un espace visuel ou sonore capable d’être investi par l’auditeur/lecteur/spectateur. Nous y reviendrons. Mais déjà, une première tentative :

OpN#001 Premier poème noétique (Times New Roman, Gras, 12 pt, 5 vers maximum ; sans titre) :

A

.


La lettre A marque le début du poème. Première lettre de l’alphabet, consensus naturel. (Possibilité du À ; Retour en arrière ou en avant) > contraintes formelles minimales. Autre possibilité :

P

.

Lettre P. Si l’autre ne veut pas commençer par A et se refuse à changer la lettre initiale, possibilité, avec « P », de créer un titre neutre : « Poème » puis de commencer l’investissement du vide à la ligne. Seul inconvénient : imputation du nombre de vers, passant de 5 à 4 (à condition de ne pas mettre de vers blancs). Mais permet quand même de faire de belles choses.

Classification de nos œuvres d’art noétiques

Décision prise d’identifier chaque pièce produite (sonore, textuelle, visuelle, animée) par une signalétique commune de forme « OpN#00X » : Op pour Opus ; N pour Noétique ; #00X livrant le numéro de la pièce originale. Si nous devions proposer, dans le souci de faire connaitre ce projet, des réalisations d’oeuvres investies par les auditeurs/lecteurs/observateurs/spectateurs, nous rajouterons à cette numérotation la mention de l’investisseur, en minuscules, sans espace ni accents, précédée du signe « @ ». Exemple :
OpN#001@jeanval (pseudonyme, raccourci ) ou OpN#001@jeanvaljean (nom complet).

3 Comments

LANGUE: