[Chronique BD] : Pour l’amour de Tulipe

L’univers anthropomorphe développé par Sophie Guerrive renouvelle la veine d’une bande dessinée poétique et populaire, dans la lignée des meilleurs comic strip américains.

Article initialement paru dans le cahier Livres & idées de La Croix du jeudi 2 avril 2020

Il y a Crocus, un serpent qui veut devenir prophète et part s’éprouver dans le désert. Il y a un œuf qui parle et qui, une fois éclos, laisse apparaître une tortue qui ne rêve qu’à retourner dans sa coquille. Et puis il y a Tulipe, le « héros » de la bande. Un ours à pull rayé qui, quand Crocus lui demande quelle trace il voudrait laisser sur terre répond :« J’aimerais être assez élégant pour vivre paisiblement, sans éclat ni fracas, et repartir un jour sans rien avoir abîmé ». « Trop tard, lui répond l’arbre sur lequel il s’adosse, tu m’as brisé le cœur ».

Tout l’univers de Sophie Guerrive est là, entre poésie, comédie des sentiments et absurde léger. Une cosmogonie de poche développée sur les réseaux sociaux et depuis 2016 aux éditions 2024, avec trois épais albums, dont le dernier, Tulipe et les sorciers, est sorti il y a peu. Ces tranches de vies, découpées en petits moments d’une page, entre gags et méditations brèves, mais dont les thématiques peuvent se poursuivre sur plusieurs planches, sont construites à la manière et avec le rythme d’un comic strip. On pense au Snoopy et les Peanuts de Charles M. Schultz ou à Pogo, série animalière et cérébrale de Walt Kelly. Pour sa juste retranscription de l’état d’enfance, période des questions essentielles où la conscience du sacré s’exprime chevillée aux éléments les plus quotidiens, Tulipe rappelle aussi le Calvin et Hobbes de Bill Watterson.

Un format plus européen

Mais cette forme du comic strip, originellement destinés aux quotidiens américains, n’étant pas très populaire en France, Sophie Guerrive s’est rabattue sur un format plus européen de planches en couleurs. Elle se situe en proximité avec d’autres séries fameuses, maniant ce délicat alliage qui privilégie les contrepoints et l’art des chutes en suspend à l’humour facile : le M le Magicien de Massimo Mattioli, ovni paru dans le Pif gadget à la fin des années 1960, ou encore le célèbre Ours Barnabé de Jean-Luc Coudray qui séduit depuis plus de trente ans tous les publics.

Les dialogues de ces pages tiendraient presque tout seul, quasi-poèmes ou aphorismes sur la condition humaine. Mais la clarté du dessin, le trait net et les aplats unis créent une intimité tendre avec ces personnages. Une fois habitué à ce petit peuple, impossible de ne pas partager avec eux cette touche d’humour et de légèreté si nécessaire à chaque jour.

Stéphane Bataillon

À retrouver sur facebook (@sguerrive) et instagram (@sophie.guerrive)

Tulipe et les sorciers, de Sophie Guerrive, Éditions 2024, 116 p., 15 €

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *