Skip to content →

Le combat du prince

Par une réplique d’ombre
je me retrouve à terre
au plus proche de moi
sans patrie, et sans Roi.

Je n’ai pu refouler
la conjonction des forces
invitées à détruire
mes restes de peaux mortes.

En guise de renoncement
j’accepte en une larme
le risque de la conquête
fragile comme l’instant.

Mais je conserve l’espoir
de rebâtir l’Empire
gardant les fondations
qui auront subsisté.

Car je tiendrai mon rang.

Publié le Poèmes