Skip to content →

Credo (4) : Au bout de la piste

Nous l’avions éprouvé
sans nous en rendre compte
avant qu’il ne s’absente

Et la route fût longue
pour remettre en lumière
l’équilibre mouvant

Les fausses pistes nombreuses
vers un Dieu incarné
trop au-delà de tout

Rien de plus que l’eau
d’une rivière d’été

Mais aucun mot ne dit
sa fraicheur sur nos joues

Rien à atteindre d’autre
qu’un absolu en nous.

Publié le Credo Poèmes