Note sur la poésie #73 : Baskerville

C’est agréable d’écrire en Baskerville. Ça donne au poème quelque chose d’installé. De ce qu’il me faut d’assurance pour pouvoir être libre de jouer avec les mots. D’initier le vers, de lancer le rythme d’une concordance inhabituelle. C’est agréable d’écrire en Baskerville, ça fait penser à l’angleterre, à Sherlock Holmes, aux gentlemen’s clubs où le calme feutré n’est qu’un leurre pour mieux prendre le temps d’inventer sa vie malgré ses faiblesses. Ça fait penser à Blake et Mortimer. C’est agréable d’écrire en Baskerville. C’est libre. Baskerville.

 

Note : ce site utilise en 2019 une police de caractère open source, la Libre Baskerville, dérivée de la Baskerville, un caractère inventé par le graveur anglais autodidacte John Baskerville en 1757. Une police fluide et ronde, lisible et rassurante. L’idéal pour surprendre son monde. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *