Aller au contenu →

Rétrospective 2015 #4 : Avril-mai

La voie de l’escargot

Je vais tout doucement
pour arpenter le monde

Trace déposée.

 

Ensemble

Pour Sabine,

Se détacher des lignes
qui cernent nos images

Certain de perdre encore
sans crainte de manquer

Sentir le goût du geste
qui nous emplit de joie

Et recueillir ensemble
les bribes de nos rêves.

 

L’invention du poème #24

La philosophie prépare la poésie, qui pourtant la précède.

 

Tendrement,

Nocturne en do mineur de Chopin. Se revoir écoutant sa mère le jouer. Prendre soudain conscience d’une douce chaleur. Se dire que ces notes-là seront celles du chagrin lorsqu’elle disparaîtra dans l’infini des nuits.

B.o.p (Bande originale du poème) : Eyes Shut – Nocturne in C Minor, Ólafur Arnalds & Alice Sara Ott, The Chopin Project.

 

Compte

T’égrener les secondes
afin que tu saisisses
l’espace d’une minute

Se surprendre
à trouver le temps long.

 

Shakuhachi

La flûte joue
tout le vide
de la pièce

Mon esprit, libre.

 

Prépare-toi à la pluie

Pour Murielle, Gérard, et les âmes alentours.

Prépare-toi à la pluie
avant de recevoir
les rires et les silences
qui fondent l’amitié

Prépare-toi à la pluie
avant que l’eau frémisse
délivrant l’amertume
de la feuille de thé

Prépare-toi à la pluie
et ne tremble jamais
lorsque le bol se trouble
d’une pointe de sel

Prépare-toi à la pluie
et ne regrette pas.

 

Kokedama

Abandonner la taille

Ôter les résidus
des civilisations

Laisser la mousse
s’épanouir.

Publié dans Poèmes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *